Craquages/Humeur

Alors et le boulot? The playbook therapy #1

Un billet humeur, je trouvais que c’était le parfait moyen pour faire plus ample connaissance, surtout que ces jours-ci le boulot semble être une des principales choses qui nous définissent. Problème, je suis au  chômage et j’ai envie d’envoyer mon monde valser ! Je revendique fièrement le droit à mon individualité et à mes idéaux ! Même s’il faut  bien avouer que mes journées, ces derniers six mois, sont extraites d’un ennuyeux film à répétition : envoi de candidatures, séries (trop de séries), faire semblant d’aller au sport et on rembobine.

Je ne reste tout de même pas terrée chez moi en faisant défiler les jours de mon calendrier (enfin presque pas). Malheureusement, lors des occasionnelles sorties entre potes, aucun moyen d’échapper à la fatidique question : « alors des pistes ? » ( seule dans ma tête : si j’avais trouvé ze job tu penses pas que tu le saurais!!?)

supersaiyan

Et là c’est le drame ! Automatiquement, ma vie se met en « previously ». Pour, trouver ma voie vers le job qui enfin me fera vibrer…hum…hum …vaincre la routine, j’ai :

–       milité dans une asso pour sauver les pingouins

–       suivi un cours de bijoux à la mairie de Paris, le DIY ma nouvelle passion

–       revu l’intégrale d’Ally McBeal

–       pris le temps de lire Fifty Shades of Grey

–       vu les yeux de mes parents se lever jusqu’à la stratosphère face à mon « Maman, je laisse tout tomber, je veux être artiste »

Le temps de faire mon introspection, mon interlocuteur toujours curieux, balance : « tu faisais pas du marketing ? »

OH ! Crap, il va falloir que je lui explique ma récente crise existentielle…Résultat demain je mangerais des Oréos en me disant mais tu as fait six ans d’études quand même, donc tes conflits intérieurs tu te les gardes !

==> Seule voie d’issue : la fuite alias The escape rope theory.

Brainstorming des différentes solutions qui s’offrent à moi pour trouver la sortie de secours la plus proche en une fraction de seconde (chef de produit un jour, chef de produit toujours).

  1. La solution bateau qui coule : « Ah tu sais la crise…c’est dur et le marketing est touché fortement… j’essaie de ne pas perdre espoir… » (Bien laisser les blancs et coupler avec des yeux de chien battu)
  2. La solide comme un roc: « Je mets simplement ce temps à profit, j’enchaîne les coaching  et les formations à l’Apec, je suis prête à dégommer de la RH et plus encore, la semaine prochaine j’ai 10 entretiens. » (Couper court pendant que votre interlocuteur essaie de remettre sa mâchoire en place face à tant d’initiatives et de motivation)
  3. Le parlons de toi : « Ah, tu sais comment c’est, je cherche ! Dis-moi tout plutôt sur ton voyage au Pérou ! » (Voix intérieure : tu t ‘es pas fait cracher dessus par un lama ?)
  4. Le tu as vu comme je suis belle : C’est le moment on donne tout ce qu’on a : on joue avec sa chevelure emmêlée, on bat des cils (ça marche dans les films, nan ?) et si c’est une fille on y va franco en dégainant sa manucure OPI fraichement faite (puisqu’on a que ça à faire?).
  5. Au feu les pompiers:  Simuler une crise cardiaque ou un étranglement par olive d’apéro ninja en espérant qu’un beau jeune homme vienne à notre rescousse sur son beau destrier (éternelle rêveuse).
  6. Le Keep it simple : « Ah, attends Clem m’appelle, elle a désespérément besoin de quelqu’un pour l’accompagner au petit coin.» (point fort: c’est bien connu l’espèce « filles » fait ses besoins en paire)

Enfin, pour les plus téméraires, on vide son sac et on confesse nos malheurs et nos interrogations. Peut-être qu’avec un peu de chance, votre interlocuteur sera celui à prendre ses jambes à son cou car il n’a pas envie de jouer au Freud d’un soir en buvant son mojito.

chunli
La suite au prochain épisode, et vous quelle poudre d’escampette avez-vous au fond de votre besace?

XO

Kae La Koxy devenue Caméléon Peureux

Publicités

5 réflexions sur “Alors et le boulot? The playbook therapy #1

  1. Le « parlons de toi » est sec mais efficace, en général on se débarrasse bien de la question pour un bon moment 🙂

  2. Dis toi que ses questions, avec un peu de chance et beaucoup de travail, tu n’auras pas à les régler plus tard dans ta vie, quand tu auras peut-être un conjoint et des enfants!
    Sinon, très belle plume 🙂

  3. Je vote pour l’étranglement à l’olive! C’est bien plus drôle (mais faut surtout pas se louper)! 😀
    Non, mais c’est quand même mieux de jouer carte sur table parce qu’au final c’est reculer pour mieux sauter et faudra quand même répondre et se justifier donc bon…

    • 🙂 J’ai longtemps hésité avec l’embrasement de la chevelure emmêlée par une bougie d’ambiance (true story mais à très haut risque) ! Sinon c’est sûr je préfère la franchise mais ça peut être un bon moyen pour gagner du temps ou détourner l’attention dans des situations désespérées.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s